Un jour, un chien et la Journée internationale des droits de l’homme

Le 10 décembre est la Journée internationale des droits de l’Homme.

C’est ce jour que les défenseurs des droits des animaux ont choisi pour rappeler que plus largement tous les êtres vivants ont droit au respect et à la non-violence.

Voilà qui devait bien être dans l’esprit de Gabrielle Vincent quand elle créa sa si prenante histoire tout en dessins « Un jour un chien ».

L’histoire dramatique d’un chien abandonné par ses maîtres…que de sentiments évoqués, tout en retenue, que le trait contient et retient : la tristesse, la peur, l’attente. Tout ce qu’un animal ressent et montre est dit par ce trait, bien plus efficace que les mots. Une histoire sans paroles qui en dit long sur la nature humaine.

Gabrielle Vincent s’adressait aux enfants tout autant qu’aux adultes avec ce livre : un chien abandonné sur la route des vacances. Un enfant à l’arrière de la voiture dont on peut imaginer le désarroi…  Un arrêt sur image, et puis plus rien on laisse la famille à ses mauvaises ondes. C’est le récit haletant de la course poursuite du chien après la voiture de ses maîtres et son errance dans la ville et sur la plage en passant par l’accident qu’il provoque jusqu’à sa rencontre finale avec un enfant. Celui-ci incarne l’espoir, seul un enfant pouvait interrompre cette course sans fin.

« Il court, il court et cherche la piste de ses maîtres ; il cherche, il cherche. Accident ! Une bien triste histoire en vérité… Oh! un petit garçon qui s’approche et qui le regarde. Ah! ça se finit plutôt bien finalement ; je parie que le petit garçon va bien vouloir l’adopter. » Découverte  en live du livre par A., 10 ans

FH