Les voyages de Monique Martin/Gabrielle Vincent

Les voyages de Monique Martin/Gabrielle Vincent

Les voyages de Monique Martin

Voyageuse dans l’âme, Monique Martin est partie à la
découverte de nombreux pays tout au long de sa vie.

Dans les années 50, elle se lance dans sa première aventure et part seule
en Algérie alors qu’elle n’a que 20 ans ! Elle
découvre les circuits à dos de chameau, les teintes chaudes et
désertiques des paysages ainsi que le peuple des Touaregs.

Ils deviendront une source d’inspiration majeure dans son œuvre.

Ce premier voyage est une révélation pour elle, il lui
donne envie de découvrir d’autres pays d’Afrique du Nord et d’Asie Mineure.

Elle multiplie ensuite les circuits touristiques au Maroc, en Turquie, en Tunisie, en Egypte et en Algérie.

Monique multiplie les esquisses et croquis pris sur le vif lors de ses voyages.

Elle rempli de nombreux carnets dans lesquels elle donne des détails sur les couleurs, les teintes des vêtements, des bâtiments ainsi que du désert.

Elle publiera « Carnet du désert » en 1992 qui regroupe une centaine de dessins en noir et blanc.

Deux ans plus tard, sa rencontre marquante avec les Touaregs lui inspirera l’album « Au désert » (1994).

 

  

 

Elle part également vers des destinations moins lointaines telles que l’Espagne et l’Italie.

Elle parcourt les rues de Madrid (Espagne), découvre les villes d’Assise, de Venise, de Padoue (Italie),…

Elle s’émerveille devant les teintes vives et les couleurs si brutes de ces pays, elle ramène de ces voyages un grand nombre de croquis et de dessins mais ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’elle les retravaille. Elle réalise alors une série de peintures à l’huile illustrant les bâtiments et les paysages dont elle se souvient à la perfection.

             

 

Si Monique aimait voyager, elle aimait encore plus Bruxelles, sa ville natale. Elle prenait plaisir à découvrir et redécouvrir les richesses de cette ville dont elle arpentait inlassablement les rues. Du Chatelain au parc royal en passant par le palais de justice, les Marolles, le centre-ville sans oublier les nombreux parcs, Monique croque et dessine les gens, les bâtiments et les paysages. Elle s’inspire de la capitale pour réaliser les albums d’Ernest et Célestine ainsi que d’autres tels que « J’ai une lettre pour vous » et  « Papouli et Fédérico Le grand arbre » qui se déroule dans la forêt de Soigne.