Ernest & Célestine écrit à l'aquarelle

Le film

Ernest, gros ours marginal, clown et musicien, a accueilli chez lui la petite Célestine, une souris orpheline qui a fui le monde souterrain des rongeurs. Ces deux solitaires se soutiennent et se réconfortent, bousculant ainsi l’ordre établi. Car dans le monde conventionnel des ours, il est mal vu de se lier d’amitié avec une souris. Tout autant que dans le monde des souris, les ours sont considérés comme des ogres croqueurs de rongeurs.

Aquarelle d'Ernest & Célestine en couleur qui font un calin

Après le décès de Gabrielle Vincent en septembre 2000, la société de production Les Armateurs, avec à sa tête le producteur Didier Brunner; entreprend d’adapter les albums en film d’animation. Le film « Ernest et Célestine » sort dans les salles en décembre 2012.

Photo de l'écran de cinéma qui montre Ernest & Célestine

L’équipe

Benjamin Renner, le réalisateur, ne connaît pas l’univers de l’artiste, mais il est vite conquis par son talent. Vincent Patar et Stéphane Aubier, les deux co-réalisateurs belges, sont déjà de très grands fans. Didier Brunner, le producteur, lisait les histoires à sa fille Pauline et rêve depuis longtemps de les transposer au cinéma.

Photo de l'auteur Pennac et le réalisateur Benjamin Renner

© METROPOLIS FILMS

L’écrivain Daniel Pennac va écrire le scénario. Il est aussi un fervent admirateur et l’ami de Gabrielle Vincent. Il décide de mêler l’univers « angélique » de celle-ci avec le sien, « plus noir ».

Je lui ai expliqué alors que je connaissais bien ces personnages, et qu’il serait en effet amusant de les faire surgir d’un environnement sombre pour les faire aller vers le côté idyllique des dessins de Gabrielle Vincent. Il y aurait une sorte d’accession au paradis de la relation humaine. J’ai donc écrit le scénario dans ce sens-là. Ernest et Célestine sortent tous deux d’un univers sombre, pénible, pour construire eux-mêmes un havre de paix auquel ils sont arrachés par la réalité de leurs deux mondes, qui les poursuit et les capture à nouveau. Au bout de leurs péripéties, chacune de leurs communautés admet qu’ils puissent vivre ensemble.

Illustration du film, Ernest pose en faisant une grimace pendant que Célestine le peint

Vincent Courtois est choisi pour accompagner les personnages à l’écran, Célestine à la clarinette, Ernest au violon et au piano. Il compose aussi la bande originale du film.

Zaza et Zyk réalisent les décors à l’aquarelle pour cadrer le plus possible avec l’ambiance obtenue par les techniques d’illustration de Gabrielle Vincent.

Aquarelle représentant l'intérieur de la maison d'Ernest avec ses petits meubles en bois

Pauline Brunner, la fille du producteur, a prêté sa voix à la version française de Célestine, et Lambert Wilson en personne s’est plié à l’exercice, pour la voix d’Ernest !

De nombreux clins d’œil aux albums 

Le film d’animation « Ernest et Célestine » est un hommage à l’œuvre de Gabrielle Vincent, plus qu’une adaptation rigoureuse des albums.

Daniel Pennac imagine Célestine à l’image de Gabrielle Vincent : une petite fille un peu rebelle qui veut échapper au rôle que son monde lui impose et devenir une artiste. Célestine a une grande passion pour la peinture, et elle est gauchère, tout comme Gabrielle Vincent.

Illustration pour le film de différentes expressions de Célestine

La maison d’Ernest, avec ses petits meubles en bois, ses chaises en paille, ses cordes à linge et son toit qui fuit est une copie fidèle du décor créé par Gabrielle Vincent. Sans oublier les pantoufles trouées d’Ernest et le célèbre doudou de Célestine : Siméon.

Illustration en couleur représentant l'intérieur de la maison d'Ernest avec ses petits meubles en bois

Ernest a une vie très modeste et survit en jouant de la musique ou en faisant le clown dans la rue. Ces éléments s’inspirent des albums « Musiciens des rues » et « Ernest et Célestine au cirque ».

Illustration en noir et blanc d'Ernest avec son tambour sous plusieurs profils

Dans « La naissance de Célestine », Ernest a des démêlés avec la police, le voisinage voyant d’un mauvais œil sa cohabitation avec la petite Célestine, qu’il trouve dans une poubelle, comme dans le film.

Ernest découvre Célestine dans le poubelle

La justice des ours s’inspire directement du travail artistique de Monique Martin, alias Gabrielle Vincent. Durant près de 30 ans, elle arpente les couloirs et les salles d’audience du Palais de justice de Bruxelles, véritable réceptacle des émotions humaines, croquant « sur le vif » magistrats, victimes et accusés.

Illustration en noir et blanc d'un avocat qui plaide pendant que son voisin écoute pensif
Illustration, extraite du film, de la juge du monde des souris énervée et qui pointe du doigt un côté de la pièce

Les récompenses

En 2012, le film Ernest et Célestine sort en salles en France et fait plus d’un million d’entrées. Il sera traduit et diffusé dans plus de 25 pays.

Il sera notamment adapté en anglais par la société de production Gkids et diffusé largement aux Etats-Unis. En savoir plus.

En 2013, le long métrage reçoit le César du meilleur film d’animation .
En 2014, le film reçoit 3 récompenses à la cérémonie des Magritte : meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur son.
Au-delà de l’Atlantique, le film est sélectionné aux Oscars et nominé comme meilleur film d’animation en 2014.

© AFP PHOTO/MIGUEL MEDINA

Acheter

La boîte à quenottes

 Tout le monde connaît la petite souris, mais qui sait réellement qui elle est?
Que fait-elle des dents qu’elle récolte?
Pourquoi dépose-t-elle une pièce?
Passez par la petite porte et entrez dans ce monde subtil avec votre enfant…

Découvrir
Célestine tire une bassine remplie de dents