Multiple oeuvre d'Ernest & Célestine au crayon et fusain

Gabrielle Vincent : du crayon au fusain

On connaît tous les albums « Ernest et Célestine », illustrés en aquarelle. On connaît moins d’autres albums, dans lesquels Gabrielle utilise d’autres techniques…

Un jour, un chien :  son chef d’oeuvre au fusain

Ernest et Célestine ont fait sa renommée. Mais les spécialistes du genre estiment que le livre « Un jour, un chien » est son plus grand chef d’oeuvre.

Que raconte « Un jour, un chien » ? La détresse d’un animal abandonné, illustrée au fusain.

On retrouve le fusain dans d’autres livres : « La petite marionnette », « Le petit ange à Bruxelles ».

Aquarelle, crayon

Gabrielle utilise l’aquarelle dans Ernest et Célestine, mais aussi dans d’autres albums moins connus : « Au bonheur des chats », « Au bonheur des ours », « Papouli et Federico ».

Dans « Désordre au paradis », elle choisit le crayon. Cela donne à ses dessins des airs de brouillon. Certaines personnes du milieu critiqueront ce choix ! Sans comprendre que cette série de croquis reflète ce que Gabrielle a de plus cher : sa spontanéité.

Elle prend le crayon aussi pour les albums « Nabil et Le violoniste », qui seront d’abord publiés au Japon (fervent admirateur de son travail). Ils paraîtront chez nous aux éditions Rue du monde.