Une vie consacrée au plaisir de dessiner et de peindre

Une vie consacrée au plaisir de dessiner et de peindre

« Ma vie peut se résumer en une phrase :
« Dessiner la vie des autres pour faire rêver ceux qui vivent »
Cela m’a fait vivre à ma manière. »

Monique Martin

Monique Martin est une artiste belge née en 1928 à Bruxelles.

Ses parents et ses sœurs sont amateurs d’art et musiciens. Elle grandit dans cet environnement artistique, et se dirige vers le dessin et la peinture.

« L’amour du dessin, de la couleur, de la lumière et la volonté d’en remplir sa vie »

Monique Martin sort de l’Académie royale des Beaux-Arts en 1951 avec la réputation d’une femme de caractère. Elle exploite le noir et blanc, encre, fusain, crayon… jusque dans les années 1960. Elle utilise ensuite la couleur et explore d’autres techniques : l’aquarelle, le pastel et la couleur à l’huile.

« Un talent tombé d’une étoile … »

Sa 1ère exposition a lieu à Bruxelles en 1960. Le public et les critiques d’art découvrent une jeune artiste talentueuse et audacieuse. Chaque exposition est accueillie par les amateurs d’art qui soulignent la force, la sobriété et la sensibilité de son style.

« Donner du bonheur à ceux qui ne peuvent s’offrir mes peintures »

1981 marque un tournant dans la vie de Monique Martin : elle écrit et dessine des livres pour enfants sous le pseudonyme de Gabrielle Vincent. Elle publie le 1er album de « Ernest et Célestine » et d’autres œuvres qui auront un succès mondial et recevront des récompenses en Belgique, en France, aux Etats-Unis et au Japon.

Un message d’amour et de tolérance

Ses héros sont nombreux : Ernest l’Ours, Célestine la souris, Pic-Nic le koala, Séraphino, Papouli, un chien abandonné… Elle décrit des scènes de la vie quotidienne et aborde des thèmes universels et intemporels comme l’amour, l’abandon, l’amitié, le rejet, la vie, la mort…

La lecture de ses ouvrages ne laissent pas indifférent. Les émotions sont très présentes.

Le 24 septembre 2000, Monique Martin décède et laisse environ dix mille œuvres réalisées en moins de 50 ans de travail. Elle qui avait consacré sa vie à l’art, souhaitait que l’ensemble de son travail (qu’elle considérait comme « son enfant ») continue à vivre après sa mort.

Pour respecter cette volonté, Benoit Attout, son filleul et ayant droit, crée la Fondation d’utilité publique Monique Martin en mars 2012.

L’aventure ne s’arrête pas là !

Vous aimeriez faire partie de l’aventure ?
Vous avez une idée pour un nouveau produit ou un spectacle inédit?
Vous souhaitez entamer une collaboration avec nous ?
Vous désirez avoir accès à la licence pour utiliser la marque Ernest et Célestine ?